Bonne ou mauvaise technique?

Si vous êtes un nouvel adepte de l’entraînement musculaire et que vous voulez en apprendre plus sur des exercices fondamentaux tels le soulevé de terre et le « squat », vous vous êtes probablement référé au site internet Youtube pour en visionner quelques exemples.  Suite à ça, il se peut fort bien que vous ayez encore des doutes sur l’exécution du ou des mouvements.  Mais avant que vous jetiez votre dévolu sur une façon de faire, il serait sage de votre part de vous demander ce que vous voulez retirer de ces exercices et à quel risque.

Certaines écoles de pensée se concentrent sur la capacité de travail au détriment de la bonne technique ce qui n’est pas nécessairement mauvais si vous vous préparez pour une compétition spécifique ou une mission (guerre,  anti-émeute ou sauvetage). On s’entend, si vous compétitionnez en dynamophilie et que vous êtes là pour gagner, lever la barre est tout ce qui compte. Mais, à tout autre moment lors de vos entraînements, votre priorité devrait être de lever la barre avec une ferme intégrité structurelle et une bonne technique.  Laissez-nous vous expliquer pourquoi :

  1. Si la charge est trop élevée lors d’un soulevé de terre par exemple, votre colonne vertébrale fléchira pour réduire son bras de levier durant votre soulevé. Ceci vous permet de « lever plus lourd » mais augmente aussi vos risques de blessures. Nous savons maintenant qu’une flexion répétitive de la colonne vertébrale est le mécanisme parfait pour créer une hernie discale (McGill, 1997).  Imaginez maintenant des flexions répétitives avec une charge importante.  Donc, oubliez le 15 à 20 livres de plus sur la barre pour impressionner la galerie et concentrez-vous sur la bonne technique.
  2. Un manque de force et/ou de mobilité, jumelé avec de mauvaises habitudes posturales peuvent être la ou les causes de votre mauvaise technique. L’incapacité d’activer certains muscles ou de bouger certaines articulations va faire en sorte que votre corps compensera en utilisant des muscles qui répondent à l’appel mais qui ne sont pas nécessairement les bons. Répétez ce mauvais « patron moteur » ou cette mauvaise technique et vous empirerez vos débalancements musculaires tout en vous menant vers des problèmes structurels qui génèreront plus tard de la douleur.

Cette situation peut être évitée ou renversée en ajoutant à vos programmes d’entraînement des exercices  préparatoires:

  • d’activation des fessiers
  • de renforcement de la ceinture scapulaire
  • de mobilité à la hanche ainsi qu’à la region thoracique

Nous croyons que ces deux raisons à elles seules devraient être assez convaincantes pour vous aider à prendre la bonne décision quant au choix de la technique utilisée.  Mais permettez-nous d’ajouter et de commenter l’intervention d’un internaute qui veut justifier l’utilisation d’une mauvaise technique lors du soulevé de terre:

« La vérité est que lorsque j’essai un soulevé de terre avec « une forme parfaite » ça coupe mes performances de 25%. Je ne sais pas pourquoi ça arrive mais ça arrive! Je vais donc laisser les autres faire leur « soulevés de terre parfaits » pendant que moi, je deviendrai de plus en plus fort à chaque entraînement. »

Ce qu’il ne réalise pas, c’est qu’en devenant plus fort en utilisant une bonne technique, son soulevé de terre maximale « avec une mauvaise technique » va aussi augmenter! Mais, s’il lève constamment avec une mauvaise technique, de combien sera la chute du pourcentage de son soulevé de terre maximale alors qu’il sera alité par ses douleurs au dos!! Conseil, entraînez-vous intelligemment et restez fort tout le temps.

Le comble du comble

Cette publicité outrageuse de Kentucky Fried Chicken aux Etats-Unis fait jaser les professionnels de la santé.  La chaîne de restauration rapide offre de remettre 1$ à  l’achat d’un demi-gallon de boisson gazeuse (1.8 litres!!!) au JDRF (Juvenile Diabetes Research Foundation) en disant aidez-nous à trouver un remède contre le diabète.

C’est comme si les compagnies de tabac remettait 1$ à l’achat d’un paquet de cigarette à la Société Canadienne du Cancer! Je ne vous apprends rien en vous disant que les boissons gazeuses sont pleines de sucres raffinés (à peu près 10 cuillères à table par cannette). Le sucre utilisé est du sirop de maïs à haute teneur en fructose. Ce dernier, ingéré en grande quantité (boisson gazeuse de 1.8 litres) pourrait mener à une résistance à l’insuline. Depuis récemment, nous avons la preuve épidémiologique irréfutable que les boissons gazeuses sont une des grandes causes du diabète de type 2 (1).  Le remède, on l’a déjà, c’est de diminuer drastiquement la consommation de ces boissons qui sont devenues la source numéro 1 de calories quotidiennes chez nos voisins du sud (2).

(1)    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20138901
(2)    http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2001/03/10/soda-pop-dangers.aspx

 

Gonflé à bloc – nouveau cours maintenant offert

L’Écurie est fier de vous annoncer qu’un nouveau cours vous sera maintenant offert les mardis de 12h à 13h et de 18h45 à 19h45 ainsi que les jeudis de 12h à 13h et de 18h30 à 19h30.

Le cours « Gonflé à bloc » est une routine d’entraînement des plus efficaces qui couvre les grandes chaînes du corps et qui a pour but d’augmenter votre masse musculaire tout en diminuant votre taux de gras.

Seulement à L’Écurie!