Une cheville mobile pour bien gérer votre vitesse!

 

Maintenant que nous avons exploré la force et la façon dont on l’applique, on ne peut pas clore le dossier sans traiter des qualités articulaires essentielles pour améliorer la vitesse et l’agilité. Sans plus tarder, voici notre sujet: la mobilité de la cheville.

Avec l’affluence de jeunes portant des orthèses et d’athlètes enrubannant leurs chevilles, c’est clair qu’il y a une certaine incompréhension face à cette articulation.

La cheville doit être mobile! Si elle perd de sa mobilité ou si on lui en retire, ce sont les articulations inférieures (pied) et/ou supérieures (genou) qui vont compenser en altérant leur propre qualité (stabilité) .De plus, stabiliser la cheville dans les sports de contact augmente le risque de fracture haute du tibia. Une blessure qui impose une longue convalescence.

Sachant cela, figeons pour un moment les mouvements afin de reconnaître ce qui peut arriver pour ensuite intégrer les mouvements correctifs.

1- Le pied paresseux

 

Comme premier exemple, voici une simple flexion de hanche pour simuler la position de vitesse linéaire. Il est important de ne pas avoir le pied en extension, mais plutôt en flexion dorsale. Un athlète qui se retrouve ainsi risque de frapper le sol avec le bout du pied et non la plante, augmentant le risque de blessure et réduisant la force appliquée. Voici une solution pour remédier à ce manquement.

Exercice 1 : Mobilité plan sagittal

*Important de bien garder le talon du pied arrière au sol et de maintenir le genou centré avec la cheville.

2-Le pied perdu

Le deuxième exemple est la décélération pour changer de direction. Cette situation est beaucoup plus complexe car l’athlète doit freiner rapidement. Et souvent, c’est à cet instant que l’on peut remarquer s’il y a un manquement. Il s’agit encore d’un manque de flexion dorsale mais aussi d’une rotation du pied, ce qui provoque une faible application de force, puisqu’il y a moins de surface de contact avec le sol (devant du pied), ainsi qu’un plus grand risque d’inversion de la cheville (foulure)

Pour corriger, ajouter à l’exercice 1 celui-ci :

Exercice 2: Mobilité plan frontal et transverse

*Même si cet exercice sert souvent de mobilisation de hanche, il faut bien observer le pied au sol pour réaliser que plusieurs athlètes vont avoir de la difficulté à le maintenir pointé vers le mur, étant donné la forte tension rotationnelle.

Si vous êtes un coach ou parent à la recherche d’une démarche pour améliorer la vitesse et l’agilité, commencez par la mobilité de la cheville, c’est la base.

Qui s’aime nous suive!