Le développement athlétique à long terme

athlète

Coach, connaissez-vous vraiment vos athlètes?

Quand vient le temps de sélectionner vos joueurs, de quelle façon procédez-vous? Vous basez seulement sur ses habiletés spécifiques à son sport? Est-ce que vous utilisez un test de vitesse linéaire (sprint), de décélération-accélération (5-10-5) ou un test navette? Peu importe votre choix, il est important  de comprendre que pour bien réussir ces tests, le jeune athlète doit d’abord posséder ces quatre qualités:

-un bon contrôle moteur
-une bonne capacité de travail (force)
-de la puissance
-une bonne capacité à reproduire un mouvement puissant sur une courte durée (pliométrie)

À défaut de, ses performances dans les tests ci-haut mentionnés ne seront pas évocateurs de son vrai talent et potentiel.

Plusieurs livres tels que « Bounce », « Talent Code », « Talent is overrated »,  « Outliers »  certifient  que le talent n’est pas une prédisposition innée mais plutôt acquise à travers de nombreuses heures à pratiquer son sport (pratique étoffée). La pratique favorise le talent mais elle peut aussi faire ressortir des patrons moteurs compensatoires si le jeune athlète se consacre seulement à la pratique d’un seul sport (spécialisation hâtive). Pour favoriser son développement et une santé athlétique à long terme, il vaut mieux l’exposé à une multitude d’activités (sauts, roulades, lancers, attrapés, etc.) surtout à la phase critique de son développement c’est-à-dire 8 à 12 ans.

Mais comment faire pour améliorer ses quatre qualités avec une équipe de plus de 25 jeunes?

Toute organisation, favorisant le développement à long terme de ses athlètes, doit mettre en place un programme d’entraînement qui les développe.  C’est ce que font plusieurs équipes sportives en faisant appel à des kinés ou préparateurs sportifs pour le concocter.  Malheureusement, les programmes sont bien souvent conçus sans l’évaluation individuelle de ces quatre qualités.  On se retrouve donc souvent avec des jeunes qui font beaucoup de pliométrie sans avoir démontré préalablement un bon contrôle moteur.  Par contre, si le programme comprend les bases fondamentales qu’ils doivent travailler avec une bonne discipline pour les pratiquer (pratique étoffée), il n’y a plus de limite.  Et ça, messieurs-dames, est le vrai développement athlétique à long terme!

Qui s’aime nous suive

S’entraîner l’été

L’été est arrivé. De longues et belles journées d’ensoleillement nous attendent (on se croise les doigts). Avec la saison estivale, arrivent aussi les spéciaux dans les gyms à travers la province. Hé oui, les Québécois et Québécoises délaissent les centres d’entraînement pendant l’été. Curieux phénomène qu’on ne retrouve pas là où il fait chaud à l’année. Est-ce la faute de Passe-Partout avec la ritournelle « l’été c’est fait pour jouer! » Diantre! Mais pourquoi donc?

On le sait, au Québec, le sujet de prédilection, c’est la température : «Il fait tellement beau, il fait tellement frette, il pleut tout le temps…» C’est vrai qu’avec trois maigres mois de temps chaud par année, un petit nuage peut nous rendre anxieux. Ce qui expliquerait une des raisons qu’on entend beaucoup par les temps qui courent : « Ah oui, mais je ne veux pas m’enfermer dans un gym et puis manquer mon été… » Pourtant, cette période est propice aux activités extérieures qui demandent autant sinon plus de force musculaire. Prenons un exemple qui est arrivé à nos oreilles tout dernièrement : petit match de soccer au parc entre amies, elles y mettent de l’intensité et puis hop! Il y en a une qui tombe au combat: entorse de cheville sévère. En béquilles pour six semaines. Ça, malheureusement, c’est manquer son été.

Plusieurs croient que marcher ou faire du vélo est assez pour maintenir sa force, mais détrompez-vous! L’intensité est beaucoup trop basse. Dépendamment de votre âge d’entraînement (nombre d’années consécutives où vous vous entraînez régulièrement), ça peut ne prendre que deux semaines sans entraînement adéquat pour perdre de la force. Que dire de l’endurance musculaire, elle se perd encore plus vite! C’est dommage quand on a trimé dur durant l’année.

Pour y arriver, vous aurez besoin de vous présenter deux fois par semaine au gym. Si vous êtes à l’Écurie, une séance de force (Gonflé À Bloc) et une séance d’endurance musculaire (Tandem, Métabolique ou Pur-sang) serait le scénario idéal. Vous maintiendrez vos qualités athlétiques, votre force, votre endurance musculaire et vos chevilles contre deux heures d’ensoleillement par semaine seulement! Allez les Québécois, un peu de discipline. Cet été, que la force soit avec vous!

Qui s’aime nous suive

Reconnaître ses limites de force pour atteindre son sommet de fitness

Sommet de fitness

Maintenant que vous connaissez l’importance de la force pour la santé (Résistance…), de quelle façon allez-vous l’acquérir? Et puisque que certains veulent atteindre leur sommet rapidement, il est impératif de connaître ses limites pour limiter les risques de blessures.  Donc, avant de faire un choix insensé, voici un petit test pour mieux situer votre niveau actuel de fitness.

Êtes-vous capable de lever les bras au-dessus de votre tête et de rejoindre les mains sans douleur? De vous accroupir sans que vos genoux s’affaissent vers l’intérieur, ou que vos talons quittent le sol? De vous fléchir pour rejoindre vos orteils, en poussant vos hanches vers l’arrière? De faire des « push-ups » sans cambrer votre bas de dos?

Si vous éprouvez des difficultés avec un ou tous ces mouvements fonctionnels, ne pensez pas que de les exécuter à multiples reprises avec des charges va les corriger. Par contre, cela ne veut pas dire que vous devez vous joindre non plus à un centre plus conventionnel qui vous offre une panoplie de machines à résistance. Au contraire! Voyons ce que vous devez faire pour arriver rapidement à atteindre un haut niveau de force fonctionnel si votre amplitude est limitée :

Puisque les mouvements fonctionnels demandent un recrutement d’une série de muscles (chaîne musculaire), il faut reconnaître le ou les facteurs limitants de la chaîne et ajuster l’exercice pour le ou les renforcer. En d’autres mots, il est préférable de modifier votre amplitude de mouvement pour le faire en bonne posture, et ce, avec une charge plus élevée.

Abasourdi? Sachez que nous ne faisons pas la promotion des demi-mouvements où l’adepte ne maitrise aucune partie du mouvement parce que la charge est trop lourde! Nous voulons plutôt un travail de renforcement à l’endroit où votre posture est mise au défi, suivi d’une augmentation de l’amplitude seulement quand cette nouvelle force est acquise. C’est l’unique façon d’atteindre votre sommet de fitness rapidement et sainement. Faire autrement, c’est de jouer avec le feu. Et, comme professionnels de la sante, soyons d’avis que c’est un outrage si le service que nous offrons en salle blesse nos adeptes.

Qui s’aime nous suive!