Augmentez vos dépenses!

Noël est une période de grande consommation. Certes, il y a tous ces achats, mais il ne faut surtout pas oublier les excès de table, les sucreries, l’alcool… Si vous ne faites pas attention, vous risquez de voir le fruit de vos efforts disparaître avec 2016!

santa's benching

Pas compliqué, trop manger et/ou trop boire provoque un bilan énergétique positif. Et si vous maintenez ce bilan pour quelques jours vous allez prendre du poids. Pas grave si votre objectif est la prise de masse musculaire. Par contre, si c’est la perte de masse graisseuse ou le maintien de votre poids que vous désirez, vous devrez favoriser un bilan énergétique négatif. Pas facile en ce temps-ci de l’année, alors voici dix trucs pour y arriver :

1. Faites de l’exercice.  Dépenser de l’énergie demeure, de loin, la meilleure façon. Si vous coupez trop vos calories (énergie) vous risquez de réduire votre précieuse masse musculaire et ralentir votre métabolisme. Donc, profitez de chaque occasion pour bouger. Voici quelques exemples pour augmenter sa dépense énergétique:

– Levez des poids intensivement!
– Prenez les escaliers quand vous faites les emplettes.
– Stationnez la voiture plus loin.
– Bloquez 20 minutes à l’horaire et faites nos entraînements maison.
– Soyez le premier sur le plancher de danse dans les “partys”
– Après la tempête, sortez vos pelles!

2. Choisissez des aliments non-raffinés au buffet.

3. Mangez plus fréquemment.

4. Consommez des protéines fréquemment dans la journée.

5. Mangez plus de légumes et de fruits (fibres).

6. Consommez plus d’oméga 3.

7. Dormez entre 7-9 heures par nuit.

8. Prenez les escaliers au bureau.

9. Maintenez vos habitudes (ex : manger lentement, Hara Hachi Bu).

10. Outre votre entraînement et votre alimentation, profitez de la vie au max!

Qui s’aime nous suive

Une pinotte pour la région thoracique

pinotte

Vous le savez, on passe beaucoup trop de temps assis. Pire, on le passe assis devant un ordinateur avec un écran souvent trop bas. La première région a être affecté par cette habitude est le milieu de notre dos, la région thoracique. Avec le temps, elle se rigidifie et perd de sa mobilité. Pour cette raison, nous vous encourageons à faire cet exercice de mobilité thoracique à chaque journée passée assis au travail. Voici comment:

1. Placez la pinotte de façon à ce que les balles soient de part et d’autre de l’épine de la vertèbre (petite bosse osseuse) (voir vidéo)
2. Commencez à la région thoraco-lombaire (voir vidéo)
3. Faites 3-5 mini-redressement assis par niveau
4. Montez d’une demi-balle sur la colonne et répétez
5. Évitez la région lombaire et cervicale
6. Expirez en fléchissant la colonne et inspirez en revenant vers le sol

Petite indication pour ceux et celles qui ont mal au cou. Le mouvement de flexion et extension pourrait être douloureux. Essayez-le et vous verrez. Si ça fait mal, ne le faites pas. Par contre, si ce n’est que légèrement inconfortable ce serait dommage de ne pas adresser la mobilité thoracique puisqu’elle peut être la cause d’une sur-utilisation de la région cervicale et qui sait, de votre douleur au cou! Dernière chose, c’est un peu inconfortable mais ça signifie que vous en avez besoin. Courage et à vos pinottes!

Qui s’aime nous suive

Entraînement maison 1

Le conseil de ce matin pourrait être comparé à la carte « sortie de prison » au Monopoly. Voici l’entraînement maison 1 pour contrer les excès de table en cas de léger laisser-aller si vous n’avez pas la chance de passer à l’Écurie le lendemain.

Partez un chronomètre de 15 minutes et essayez de faire le plus de tours possible. Vous remercierez Philippe ou vous lui donnerez une « bine » sur l’épaule à votre prochaine visite.

Qui s’aime nous suive!

Manger lentement et consciemment

mager lentement

Notre premier conseil est un des secrets les mieux gardés. Pourtant, nos grands-mères nous le disaient, nos mères nous le disaient! Mais, avec tous les desserts et les sucreries qui nous attendaient après le repas, rare étaient les fois où nous les écoutions…

Manger lentement.

Aussi simple que ça puisse paraître, ce conseil n’est pas si évident que ça à appliquer. Allez-y, faites en l’essai! Prenez une minuterie et vérifier votre temps à table. Plus de 5 minutes? Plus de 10 minutes? Bien mais 20 minutes est l’idéal. Donc, si vous mangez rapidement, faites l’effort, dans les semaines qui suivent, de ralentir et surtout de prendre le temps de remarquer les choses suivantes :

1. La raison pour laquelle vous mangez.  Est-ce que c’est parce que vous avez faim? Le faites-vous pour reprendre des forces suite à un entraînement? Ou est-ce pour combler certaines émotions?

2. Vos signaux corporels. Êtes-vous affamé avant le repas? Ressentez-vous la sensation de satiété? Êtes-vous rassasié ou bourré après le repas?

3. Les facteurs qui vous portent à manger : l’entourage, la présence de nourriture devant vous, l’odorat, les émotions (oui, encore eux!).

4. Le plaisir! Est-ce savoureux? Prenez le temps de goûter et de ressentir les textures des aliments.

Ça, c’est manger avec conscience. Pas facile mais nous vous conseillons fortement de l’essayer. Vous risquez de découvrir que manger est un moment privilégié.

Qui s’aime nous suive!