Pourquoi un autre défi?

Parce que nous sommes bientôt à la moitié de l’année, nous vous invitons à prendre un moment pour revenir sur les objectifs que vous vous étiez fixés en début d’année.

Peut-être était-ce de perdre 10 livres, de vous entraîner 3 fois par semaine ou de changer quelques habitudes alimentaires?

Peu importe l’objectif, à la fin du mois de juin nous serons à mi-chemin de l’année 2018, ce qui voudrait dire que :

-Vous auriez perdu 5 livres.

-Vous auriez accompli au moins 76 séances d’entraînement.

-Vous auriez réduit les sucres, l’alcool ou les aliments transformés.

Est-ce le cas?

À l’Écurie, nous comprenons les imprévus, le manque de temp et/ou de planification, la procrastination, le manque de motivation et/ou d’encadrement. Nous savons qu’ils sont tous des facteurs qui viennent foutre en l’air les résolutions du nouvel an.

Heureusement, vous avez encore plus de la moitié de l’année devant vous pour y remédier. Mais ça va prendre un traitement choc.

Êtes-vous prêt à relever le défi?

Reprendre la route

Tel une formule 1 qui sort de piste ou Mo Farah qui trébuche aux Olympiques de Rio, il existe toujours une opportunité de reprendre la tête. Suffit de le vouloir, d’avoir une bonne stratégie et une bonne équipe pour vous soutenir.

C’est pourquoi nous avons créé notre Défi de Taille.

Placer stratégiquement durant l’année, ce défi va vous fournir les outils nécessaires pour vous aider à reprendre la route et atteindre vos objectifs. Nous avons créé la carte routière, tout ce dont vous avez à faire est de la suivre du mieux que vous le pouvez.

Nous sommes conscients que les efforts déployés peuvent être difficiles à soutenir sur le long terme. Par contre, ce que vous allez apprendre sur vous-même en y participant vous aidera à créer votre propre parcours de santé et réaliser qu’il n’est jamais trop tard! C’est pour ça que le Défi de TAILLE existe.

Qui s’aime nous suive!

 

 

 

Reprendre la route

Défi de Taille

Il y a sûrement un moment dans votre vie où vous avez su relever un défi physique ou mental qui préalablement vous angoissait. Peut-être était-ce de rénover votre maison, de compléter votre maîtrise/doctorat ou de faire un saut en parachute ou en bungee?

Rappelez-vous à quel point c’était difficile : le degré d’inconfort que vous ressentiez ou l’envie de tout abandonner.

Maintenant, pensez à la personne que vous êtes devenue suite à cet accomplissement. Vous en êtes sorti plus fort, plus sage et avec un nouveau bagage.

Vous pouvez regarder en arrière avec un sentiment d’accomplissement en vous disant, je l’ai fait.

C’est simple, nous avons tous besoin de vivre de l’inconfort pour grandir, pour s’améliorer et surtout, pour changer certaines habitudes :

-Pour perdre du gras, vous allez devoir vivre avec l’inconfort de la faim.

-Pour transformer votre corps, vous allez devoir vivre avec l’inconfort de changer certaines habitudes alimentaires. Sans oublier l’inconfort qui vient avec l’entrainement.

-Pour pratiquer la méditation, vous allez devoir vivre avec l’inconfort de vous asseoir et vivre le moment présent.

-Même lire un roman peut s’avérer inconfortable quand nous avons l’internet et la télé pour nous distraire.

Sans inconfort, nous restons la même personne. Et c’est tout à fait correct si vous êtes satisfait avec la personne que vous êtes. Par contre, si vous ne l’êtes pas…

Présentement, si vous n’êtes pas satisfait de votre santé ou de votre apparence, demandez-vous si vous faites les bonnes choses pour changer. Ensuite, demandez-vous pourquoi vous résistez au changement? En d’autres mots, de quoi avez-vous peur?

À la fin du mois de mai, nous entamerons la 3ième édition de notre Défi de Taille.  Il vous fera vivre des moments d’inconfort.  Certaines habitudes alimentaires et  certains entraînements qu’on vous proposera vous sortirons de votre zone.

Mais sachez que le plan et l’encadrement que nous vous fournirons pour ce défi, vous permettront de le réussir et  de vous donnez cette même satisfaction du devoir accompli que vous avez eu jadis.

Qui s’aime nous suive!

 

Une zone d’inconfort franchie!

Si vous avez lu notre dernier article, vous reconnaissez l’importance de sortir de sa zone de confort si vous souhaitez changer quelque chose.  Malheureusement plusieurs personnes évitent l’inconfort. Et surtout celui lié à l’entraînement.

C’est normal, l’entraînement ça fait mal!

Si vous êtes des adeptes de l’entraînement imaginez pour un moment le degré d’inconfort qui serait associé à cet entrainement :

– 4 exercices de force utilisant la charge de 5rm pour 5 séries

– Une marche avec 75% de votre poids dans vos mains sur une distance de 300pieds.

– 10 intervalles de 30 secondes à haute intensité avec une récupération basée sur vos pulsations cardiaques.

– Une séance de capacité de travail de 50 minutes incluant course, exercices de puissance et pliométrie.

C’est ce genre d’entraînement qui attendait nos membres le weekend dernier dans le cadre de notre camp d’entraînement biannuelle. Et cette année, j’ai décidé de me joindre à eux pour vivre l’expérience.

Et la beauté de ce camp, c’est qu’il exploite plusieurs qualités. En d’autres mots, il n’y a aucune discrimination.  Que vous soyez un athlète de force, puissance ou d’endurance, vous retrouverez la qualité qui vous habite et, en même temps, celle qui vous échappe.

Personnellement,  j’avais hâte à la première journée, celle de force. Mais je craignais la journée de dimanche (cardio -capacité de travail), surtout avec les courbatures provoquées par les deux entraînements de samedi.

Il y a tout de même quelque chose d’euphorique à vivre ce genre d’inconfort en groupe. Même si ça fait plus de 30ans que je m’entraîne, jamais je ne me serais infligé ce genre d’entraînement en solo.  Par contre, de voir tous les participants se surpasser provoque une bonne montée d’adrénaline qui permet de persévérer et d’aller au bout.

Nous l’avons dit la semaine dernière, maîtriser l’inconfort vous prépare à parer toute éventualité et maintenant que cette fin de semaine est derrière moi,  je peux vous dire avec certitude que ceux et celles qui prennent part à notre camp sont prêts à tout.

Qui s’aime nous suive!