Nos commentaires sur le guide alimentaire canadien 2019

La semaine dernière la ministre fédérale de la santé, Ginette Petipas Taylor, nous présentait le nouveau guide alimentaire canadien.

Quoique cette nouvelle version soit un pas dans la bonne direction, elle ne résolue pas la confusion que plusieurs peuvent avoir à propos de quoi manger et pourquoi. Surtout si vous comparez le guide aux recommandations de certains régimes en vogue, comme le cétogène ou le paléolithique.

Il est donc important pour nous de faire la lumière sur certains points.

Tout d’abord voici les grandes lignes de ce nouveau guide:

-Le guide remplace les 4 groupes alimentaires par une assiette divisée en 3 groupes différents :

50% de légumes et fruits.

25% de grains entiers

25% d’aliments protéinés

Privilégiant dans ce dernier groupe les protéines d’origine végétale, telles les légumineuses, le tofu et boisson de soya, les noix et graines.

-Les gras insaturés tels l’huile d’olives, le poisson et les noix devraient remplacer les aliments contenant des gras saturés comme le beurre, l’huile de noix de coco et la viande rouge.

-Comme nouveauté l’eau devient la boisson de premier choix. Une excellente nouvelle.

Comme toute bonne ressource alimentaire, ce guide devrait miser sur l’amélioration de la santé, de la composition corporelle et de la performance de chacun. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. Nous comprenons à quel point il est difficile de concevoir un guide pour tous. Cependant, quand nous scrutons ses recommandations, nous croyons qu’il est important de clarifier certaines choses.

Tout d’abord, afin de mieux nous comprendre, vaut mieux le voir selon les types de macronutriments, soit les protéines les glucides et les bons gras.

LES PROTÉINES

Le nouveau guide favorise une augmentation de la consommation de protéines. Bravo pour cela. Par contre, à moins d’être végétarien ou végan, il est important de comprendre le net avantage que procure la protéine animale. Les protéines animales (viandes maigres, œufs, volaille, produits laitiers) sont une meilleure source puisqu’elles apportent les 8 acides aminées essentielles de manière équilibrée. Ces molécules sont le fondement de tous les processus vitaux car ils sont indispensables à l’intégralité des processus métaboliques. Et pour ceux et celles qui pratique l’entraînement contre résistance, elles sont un atout.

Le guide fait mention de protéines végétales comme les légumineuses, les graines et le les noix.

En réalité ces aliments ne sont pas des protéines. Le premier est un glucide à forte teneur en protéines et les deux autres sont des bons gras élevés en protéines.

Important de le noter si vous chercher à perdre du gras ou prendre du muscle.

Pas bête que le guide ait réduit la consommation des produits laitiers. Par contre, si vous les tolérez, le yogourt grec, le fromage cottage et la protéine de petit-lait peuvent être des options simples et intéressantes à se mettre sous la dent.

LES GLUCIDES

Source d’énergie première, ce macronutriment est essentiel à la vie. Il existe sous différentes formes, allant de simple à complexe selon sa structure chimique.

Cette structure influence la vitesse à laquelle vous les digérez et les assimilez. Elle va donc aussi avoir un effet sur la satiété. C’est pourquoi le guide suggère des glucides moins transformés et plus élevés en fibre.

Dans la famille des glucides on retrouve les fruits, les légumes, les grains entiers et, tel que mentionné plus haut, les légumineuses.

Quand on examine les proportions, ainsi que la recommandation de prioriser une protéine végétale, on réalise rapidement que les glucides sont abondants dans l’assiette. C’est bien si vous êtes un athlète muni d’une morphologie énergivore mais pas idéal si vous cherchez à bruler l’énergie que vous avez de stocké sous forme de graisse.

LES LIPIDES

Quoiqu’il recommande une consommation de bons gras non saturés et une baisse des saturés, le guide fait peu mention des bienfaits que ce macronutriment peut apporter. Étonnant, surtout que nous sommes présentement dans une phase où la diète cétogène, riche en lipides, refait surface avec beaucoup d’engouement et de bons résultats. Même si nous ne sommes pas des adeptes de la diète cétogène, nous comprenons comment elle peut avoir un effet positif sur plusieurs indicateurs de santé et bénéficier aux personnes qui cherchent à perdre beaucoup de gras.

Parmi cette catégorie on retrouve les avocats, les huiles, les graines et les noix (lipides pas des protéines), le beurre de noix, le beurre et le gras animal (bacon, jaune d’oeufs, charcuterie).

Comme les glucides, les bons gras sont une source d’énergie. En fait, parmi les trois macronutriments, ils sont les plus denses en terme d’énergie. La digestion lente des lipides (environ 4 heures) fait d’eux une valeur sûre pour l’effet de satiété. Il faut seulement faire attention de ne pas trop en consommer!

EN CONCLUSION…

Si vous consultez ce nouveau guide, il est important de comprendre que :

Vous êtes unique. Vous avez votre morphologie, vous avez vos propres objectifs (perte de gras, amélioration de la santé et/ou de la performance) et que vous avez votre propre façon de bouger (musculation, course, marche, vélo, etc.). Votre assiette doit exprimer ces réalités.

Donc, même si ce nouveau guide est meilleur que son précédent, il ne peut pas combler les besoins de tout le monde pour plusieurs raisons. Nous aborderons les raisons dans le prochain article. D’ici là, on vous laisse avec nos recommandations pour créer l’assiette qui vous représente.

1- Manger de la protéine animale ou végétale (si vous préférez) à chaque repas.

2- Manger des légumes à chaque repas.

3- Manger moins de fruits et de grains entiers et plus de bons gras si vous souhaitez perdre du gras.

4- Manger moins de bons gras et plus de fruits et de grains entiers si vous souhaitez améliorer vos performances pour un sport d’endurance ou pour des entraînements de haute intensité.

5- Manger des aliments naturels et non-raffinés.

6- Et surtout, mangez lentement et consciemment.

À la semaine prochaine!

Qui s’aime nous suive