L’exercice ne fait pas maigrir…

Le 30 janvier dernier, La Presse+ publiait un article sur l’exercice et le faible impact qu’a ce dernier sur la perte de poids.

En résumé, cet article expliquait fort bien la règle d’équilibre énergétique.  C’est-à-dire la relation entre l’énergie (les calories) que nous consommons en nourriture et boissons et celle que nous dépensons pour le fonctionnement de notre corps.

C’est clair que l’exercice n’est pas la solution pour redresser les torts d’une mauvaise alimentation.  Il n’est pas non plus le bon outil pour se permettre des récompenses alimentaires. Cependant, comme le mentionne le Dr Yoni Freedhoff : « il est l’outil qui contribue le plus à l’amélioration de la santé. »

De notre côté, puisque l’article parlait d’exercice au sens large nous croyons important de commenter, puisque le choix d’exercice que vous faites peut définitivement avoir un impact sur la perte de gras à long terme. Remarquez que nous avons utilisé « perte de gras » et non « perte de poids ». Il est important de le souligner, puisque si vous prenez 5 livres de muscle demain votre pourcentage de masse adipeuse vient de baisser et votre métabolisme vient d’augmenter. Donc, choisir la course, la marche ou l’entraînement contre résistance n’aura pas les mêmes effets à court ou long terme.

Mais avant même de faire le bon choix, vous devez en premier lieu vous demander pourquoi vous avez choisi d’inclure l’exercice à votre agenda.  Est-ce pour :

-Brûler des calories?

-Perdre du poids ou du gras?

-Adhérer aux conseils de votre médecin?

-Faire plaisir à votre conjoint(e)?

-Sortir de la maison?

-Vous amuser?

-Rejoindre des amis?

-Vous vider la tête?

-Gérer votre stress?

-Le faire parce qu’on vous a dit que c’était bon pour la santé?

C’est clair que l’achalandage dans les centres d’entraînement en début d’année nous démontre, que la décision de faire de l’exercice est surtout liée à ce que les gens voient sur la balance ou dans le miroir. Et maintenant qu’on nous dit qu’il n’aide pas, ou peu, à la perte de poids, nous risquons de voir une hausse du taux d’abandon.

L’exercice, c’est du travail et ça peut être inconfortable. Ça prend du temps et de l’organisation. Bref, ça prend une maudite bonne raison pour l’ancrer dans sa vie. Et malheureusement, malgré tous les efforts que cela exigent, l’exercice reste un choix plus simple que de changer ses habitudes alimentaires.

Mais si on vous disait de regarder l’exercice d’un autre œil et pour ce qu’il est vraiment :

-Le mouvement

-L’expérimentation

-La résilience et la capacité

-La maitrise et l’habileté

1- Le mouvement 

Votre corps est une incroyable structure. Il est fait d’une cohésion complexe de leviers et de forces. Prenez un moment pour remarquer l’ensemble des angles que peut créer votre main. Et plus vous remontez vers l’épaule, plus les possibilités de mouvement augmentent.

Face à cette merveille, on peut conclure qu’il y ait une myriade d’exercices différents.  L’entraînement contre résistance est « l’exercice » qui offre le plus grand potentiel pour exploiter ces possibilités.

2- L’expérimentation 

Si vous avez des enfants, vous pouvez constater à quel point ils expérimentent avec le mouvement. Ils s’accroupissent, roulent, se fléchissent et amènent leur pied à leur bouche. Ils sont constamment dans la recherche et la découverte.

Cette exploration ne devrait pas cesser parce que nous sommes des adultes. Vous avez un potentiel incroyable. Le corps est conçu pour bouger de multiples façons et démontrer l’équilibre entre la stabilité et la mobilité articulaire. L’entraînement contre résistance demeure encore un choix dominant.

3- La résilience et la capacité

Nous avons une grande capacité d’auto-guérison. Nous pouvons devenir plus fort, plus endurant, plus puissant, plus résistant à l’effort et aux maladies, mais aussi, plus tolérant à ce que l’on mange!

Ici, le choix d’exercices fait une grande différence. Augmenter la force, vous permettra d’améliorer indirectement toutes les qualités athlétiques tels que la vitesse, l’endurance et l’équilibre. Et si vous augmentez conjointement votre masse musculaire, vous allez augmenter votre métabolisme. Un point très important si vous souhaitez perdre du gras. Malheureusement, c’était exclu de l’article en question.

Nul besoin de vous dire quel type d’exercice règne ici.

4- La maitrise et l’habileté

Bâtir la résilience et la capacité requiert une certaine maîtrise et habileté. Qu’est-ce qui vous manque? Tel que mentionné, le corps comporte un potentiel infini de mouvement. Si le choix d’exercice que vous faites répète le même geste linéaire, comme la course ou le vélo, vous risquez éventuellement d’être carencé.

C’est pourquoi l’ajout d’un programme d’entraînement, composé de mouvements complémentaires à votre exercice préféré, vous sera un atout. En plus d’améliorer la santé et la composition corporelle, vous risquez d’améliorer vos performances.

Donc, avant d’envoyer au diable l’exercice, nous espérons que vous avez compris que ce ne sont pas toutes les formes d’exercice qui sont pareilles et  que c’est dommage qu’un tel article ne le précise pas. Les participants de notre Défi de l’Avent savent à quel point le choix d’exercice, ou plutôt de mouvement, peut, à lui seul, créer une perte de poids qui s’avère être, surtout, une perte de gras.

La semaine prochaine nous allons revenir avec cette règle d’équilibre énergétique. D’ici là, n’arrêtez-pas d’expérimenter avec le mouvement!

Qui s’aime nous suive