Pour en finir avec la surconsommation de la malbouffe

Au bureau…Avec les amis…À la maison…Dans la cuisine…

Rare sont les endroits où on ne peut s’empêcher de manger des aliments vides de nutriments. Et avec raison, l’industrie alimentaire a conçu des moyens ingénieux pour créer des produits pas cher et ragoûtant, que nos papilles gustatives, et notre cerveau, ne peuvent résister.

La combinaison des saveurs et des promotions intempestives des produits de la malbouffe entraîne un sentiment de désespoir face à leur sapidité, déclenchant de ce fait même un cercle vicieux de culpabilité, de perte de contrôle, d’envies et d’effets néfastes sur la santé. Ouff.

La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens pour déjouer cette entourloupette.

Tout d’abord, regardons comment l’industrie nous manipule avec leur stratagème de marketing.

-« Sans Gluten », « Bio », « Végan », « Sans Sucre », « Sans gras » sont tous des termes que l’industrie utilise pour nous faire croire qu’un produit est meilleur pour la santé qu’un autre alors qu’en réalité il ne l’est pas vraiment quand nous faisons la comparaison, côte à côte, de ses ingrédients et de leurs valeurs nutritionnelles.

-Le jeu des couleurs ainsi que l’utilisation de vedettes pour endosser un produit sont aussi des stratégies utilisées pour influencer nos choix.

-La grande variété et l’argent que vous économisez par portion sont aussi des raisons qui entraînent la surconsommation. Qui n’en veut pas plus pour son argent?

Oui vous en aurez plus mais ce sera surtout des calories. Tristement, la valeur nutritive, elle, sera moindre.

Maintenant voici 7 façons pour arrêter la consommation de malbouffe.

1-Remarquez la mastication.

Plus facile de se suralimenter quand la nourriture est facile à mastiquer. Faites la comparaison entre le nombre de mastication que prend un aliment raffiné versus un aliment complet. Vous risquez d’être surpris!  Aussi, notez le temps écoulé pour manger chaque aliment et votre niveau de satiété une fois que vous avez terminé.

2-Évaluez votre garde-manger.

Pour changer la façon que vous faites votre épicerie et mangez, vous devez tout d’abord remarquer ce que vous achetez et pourquoi.

-Combien de faux aliments santé y trouvez-vous?

-Est-ce que ce sont des produits endossés?

-Est-ce qu’ils sont dotés de promesses ou phrases d’autogestion tels que: « aide à réduire le cholestérol » ou « prenez une pause ».

-Combien d’aliments « récompenses » y trouvez-vous?

3-Déterminez vos habitudes.

Pour le meilleur ou pour le pire, les habitudes sont puissantes. Celles reliées à la nourriture peuvent être là pour combler autres choses que la faim. Essayez de trouver l’élément qui les déclenche: le moment de la journée, l’endroit où vous êtes, les émotions, la récompense, le contexte social peuvent tous être des éléments déclencheurs.

La prochaine fois que vous aurez envie de malbouffe posez-vous les questions suivantes :

Où suis-je? Avec qui? Comment je me sens? Quelle heure est-il? Quelles sont mes pensées?

4-Trouvez-vous une habitude pour contrer cet envie.

Une fois que vous avez déterminer l’élément déclencheur, perturbez votre habitude en le remplaçant par une activité plus saine. Comme par exemple :

-Faire du sport ou une activité

-Lire

-Écouter de la musique

-Méditer

-Prendre une marche

-Aller rejoindre des amis

-Trouver un passe-temps

Ces activités stimulent aussi vos neurotransmetteurs favorisant une réduction du stress et une hausse du sentiment de bien-être.

5-Choisissez la qualité plutôt que la quantité.

Les aliments complets ont une plus grande densité nutritive. Même si les aliments raffinés semblent être une meilleure économie selon la quantité, le prix payé à long terme sur la santé et la forme physique est incomparable.

6-Mangez plus lentement.

Au départ, si vous avez de la difficulté à vous départir de cette habitude, commencez par manger plus lentement, peu importe le choix de nourriture. Donnez-vous au moins 20 minutes pour manger. Vous risquez de vous rendre compte à quel point la malbouffe est mauvaise.

7-Soyez bienveillant envers vous-même.

Les diètes et la critique de soi peuvent fonctionner à court terme, par contre elles vont souvent saboter vos objectifs à long terme.Traitez cette habitude de suralimentation avec curiosité, honnêteté et bienveillance. Avec ce genre d’attitude de soutien et de non-jugement, vous aurez de meilleures chances de réussite!

Qui s’aime nous suive