Sept conseils pour vous aider à cuisiner un peu plus

Quand on observe notre rythme de vie contemporain, tout semble favoriser le nouveau prêt-à-manger tandis que cuisiner à la maison semble être le grand négligé.  Par contre, personne ne peut nier les immenses avantages liés à prendre le temps de préparer ses propres repas.  

Ceci étant dit, nous nous retrouvons tous à quelque part sur l’échelle allant d’un côté « je mange au resto ou du prêt-à-manger tout le temps », à l’autre « je mange que des repas cuisinés maison ».  Selon nous, l’idée pour améliorer notre santé collective, c’est de tendre vers ce dernier . Voici donc quelques conseils pour vous aider à cuisiner un peu plus:

  1. Mettre de l’amour dans son espace pour cuisiner. Sans avoir à refaire sa cuisine au complet, que pouvez-vous faire pour améliorer votre espace de cuisine?  Est-ce qu’il vous manque une planche à couper? Vos couteaux sont-ils aiguisés? Est-ce qu’il vous manque un chaudron? Ces petits investissements, s’ils se transforment en plus de repas maison, vont vite vous permettre d’économiser et ce, même à court terme!
  2. Savoir-Faire. Il faut vouloir mettre les mains dedans et apprendre en faisant. Un bon début peut être les vidéos de Jacques Pépin, chef d’origine française reconnu internationalement ayant fait sa renommée à la télévision américaine. Le voici qui nous montre les techniques de base pour l’utilisation des couteaux: https://www.youtube.com/watch?v=nffGuGwCE3E . Et ici, un tuto pour apprendre à faire une omelette (le repas matin-midi-soir par excellence pour dépanner) en deux façons : https://www.youtube.com/watch?v=s10etP1p2bU .
  3. Des recettes. Vous devez vous faire un recueil de recettes que vous aimez. Ça déborde sur le web mais c’est bien les livres. En voici deux : Beau, bon, pas cher aux éditions la Presse et Gourmet Nutrition, The cook book for the fit food lover.
  4. Planifier. Quelles recettes allez-vous faire cette semaine?  Pour économiser du temps dans sa semaine, il faut se réserver un moment de planification de repas. De cette façon, vous saurez ce que vous devrez acheter pour 3 à 4 repas dans votre semaine et vous pourrez réduire le nombre de fois où vous irez à l’épicerie à 1 à 2 fois.
  5. Liste d’épicerie. Faites une liste d’épicerie efficace. Regroupez les aliments de toutes les recettes selon les sections où vous les retrouverez à l’épicerie : fruits/légumes, poissons/viandes, œufs/produits laitiers, conserves/lentilles et légumineuses, grains/céréales, autres. De cette façon, vous éviterez les va-et-vient sur place.
  6. Faites-en plus. Sortez vos mathématiques et doublez/triplez les recettes. En faire plus, c’est une autre façon d’économiser du temps.  Même si vous êtes seul, cuisinez comme si vous pouviez avoir un invité surprise! S’il ou elle ne se présente pas, vous aurez un lunch le lendemain.
  7. Party de cuisine! Montez le volume de votre liste de lecture préférée et partez pour un voyage culinaire de 2 à 3 heures dans votre cuisine le dimanche. Préparez 2 à 3 repas, une bonne vinaigrette que vous mettrez sur vos salades et couper des légumes pour vos lunchs ou recettes de la semaine (en passant, lisez toujours vos recettes au complet avant de commencer, ça aide énormément). Grosse économie de temps et d’énergie ici quand vous rentrerez du travail mardi soir et que vous aurez ça, sous la main, tout prêt au frigo.

Nous vous laissons avec deux dernières pensées avant de terminer cette série de trois articles à propos de cuisiner.

Essayez d’encourager vos épiciers près de chez vous. Ces lieux de santé et de rencontres sont à la base de nos vies de quartier. Et, si jamais la vie vous envoie des épreuves à surmonter, sachez que grâce à votre savoir-faire vous pourrez toujours acheter des aliments de qualité, que vous pourrez transformer en repas nourrissants pour vous et votre famille, tout en respectant votre budget. Comme acheter des poivrons rouges bios en spéciaux pour en faire du muhammara ou cuire un poulet entier et utiliser les os pour les transformer en bouillon délicieux pour votre prochain potage. Ce sera toujours plus économique et durable que d’acheter des poitrines style « cajun » emballées individuellement.

Qui s’aime nous suive!